Conseils de golf avec Jérôme Blais de l’Académie Entraînement Performance Golf et professionnel affilié au Club de golf Venise

jerome-blais

Originaire de Sherbrooke, Jérôme a déjà plusieurs victoires et exploits à son actif. Il possède les aptitudes d’un golfeur de premier rang chez les professionnels où il a entrepris une carrière en 2000. Depuis, il continue son ascension à travers divers tournois de haut niveau. En plus du volet compétition, Jérôme a développé son expertise dans plusieurs branches du monde du golf; l’enseignement et l’entraînement, les camps de golf qu’il organise, les voyages de groupe qu’il accompagne, les capsules vidéo Web et à la télé offrant des conseils, etc. Tous sont des domaines où Jérôme offre des services de qualité. Au fil des ans, il est non seulement devenu un golfeur professionnel et excellent pédagogue, mais aussi un entrepreneur toujours à la recherche de nouveaux projets et services à offrir.

Jouer à partir des bons tertres de départ permet d’être juste envers soi-même! Au golf, plusieurs tertres sont offerts afin de s’ajuster aux différents golfeurs. Jalons or ou noirs pour les professionnels et l’élite, bleus pour les golfeurs avancés qui frappent loin, blancs pour les golfeurs intermédiaires aux coups de départ respectables, verts pour les golfeurs dont la distance n’est pas la partie forte de leur jeu et rouges pour les golfeuses et les juniors.

Voici une petite mise en situation basée sur un trou mesurant 400 verges du tertre arrière, des jalons or. Le pro frappe sa balle à 280 verges. Il lui reste donc 120 verges d’où il utilisera un pitching wedge pour atteindre le vert. Prenons maintenant un golfeur qui frappe son coup de départ à 240 verges. En frappant du même tertre que le pro, il lui restera 160 verges et probablement un fer 6 ou 5 pour atteindre le vert. C’est toute une différence de bâton entre un pitching et un fer 6 ou 5 pour atteindre le vert et attaquer le fanion. Pour jouer le même genre de golf que le pro, le golfeur devrait partir des jalons qui lui offrent un trou de plus ou moins 370 verges. Dans ce cas-ci, il faudrait probablement partir des jalons bleus ou blancs. Ainsi, il se retrouverait avec un coup autour de 130 verges et possiblement un fer 8 pour atteindre le vert, ce qui fait plus de sens. Imaginez qu’un autre golfeur se joigne au groupe et frappe ses coups de départ à 225 verges,
comme la majorité des golfeurs. Je vous laisse faire les calculs, mais disons seulement que le parcours devient beaucoup plus long à jouer pour ce dernier ! Les occasions d’entrer au vert en coups règlementaires avec un fer court deviennent plutôt rares.

Je jouais récemment avec mon père qui voulait partir des mêmes tertres que moi. Il possède un handicap de 12 et, à 65 ans, frappe encore bien la balle. Malgré une petite diminution de la distance de ses coups, il joue encore du très bon golf. Durant toute la ronde, il utilisait des fers longs, des hybrides et même à l’occasion des bois d’allées pour entrer au vert. Difficile de suivre ma cadence de jeu et de faire des oiselets avec de tels bâtons pour se placer à proximité du fanion. Même à mon niveau de jeu, avoir besoin de ces longs bâtons pour atteindre le vert et m’approcher du drapeau ne me permettrait sûrement pas de jouer les bas pointages que je joue habituellement. Cela équivaut pour moi à jouer un parcours de près de 7 800 à 8 000 verges. Se sentir au bout du rouleau toute la ronde n’est pas la sensation la plus agréable. Frapper un beau coup de fer court à proximité du trou et convertir le roulé pour le birdie, là on parle ! Profiter de similaires occasions à plusieurs reprises pendant la partie et ramener une carte de pointage à la hauteur de son potentiel, c’est ça qui est amusant et satisfaisant ! Lors de votre prochaine ronde, donnez-vous une chance, choisissez les bons jalons et jouez la partie de votre vie.

Bon golf !